Actus des entreprises

Découvrez l'interview de Adrien Cremer: L’Albanie, le pays des aigles est de loin le pays qui me correspond le mieux et avec lequel je souhaite faire des projets.

Succes story: Adrien Cremer, membre de la CCIFA, s'exprime sur l'Albanie

Pourquoi avoir choisi l’Albanie pour réaliser un stage d’études ?

Je suis venu à plusieurs reprises dans les Balkans pour des vacances. Dès le départ, cette région d’Europe m’a attiré. La 1ère fois que je suis venu en Albanie, je m’étais rendu à Shkoder et j’avais gardé le souvenir d’une ville accueillante, des gens chaleureux, et un pays où tant de choses restaient à faire.

En 2012, dans le cadre de mon cursus d’Ecole de Commerce en France, je devais effectuer un stage à l’étranger. J’étais motivé par le fait de sortir des sentiers battus, faire quelque chose de « différent », éviter les destinations classiques du type USA / UK / Espagne. Je voulais découvrir un environnement dynamique et être immergé dans une culture dont j’avais tout à apprendre.

J’ai tout fait pour partir en Albanie, car je pensais que ce pays pouvait répondre à mes attentes. J’avais le projet de me spécialiser dans des études en Logistique et c’est la raison pour laquelle j’ai démarché les entreprises albanaises dans ce domaine. Après quelques semaines de recherche, Diamant m’a contacté pour me proposer un stage.

Du fait de sa position de leader sur le marché Albanais je n'ai pas hésité avant d'accepter l'offre qui m'était faite.

Quelles ont été vos impressions en arrivant en Albanie et en repartant après la fin du stage ?

En tant que parisien, la vie et le travail en Albanie n'avaient rien à voir avec mon quotidien en France, cependant je n’ai pas eu de problème à m'adapter ni à m'intégrer.

La communauté internationale en Albanie est encore limitée, les étrangers sont à la fois bien vus et très bien accueillis.

Professionnellement parlant, j'ai découvert des méthodes de travail différentes avec moins de procédures et une priorité donnée aux échanges et aux négociations par téléphone, ce qui n’entrave pas l’avancée des projets.

J'ai également été très bien accueilli par la petite communauté française, et plus particulièrement par Julien Roche que je remercie. En tant que Président de la Chambre de Commerce France-Albanie, il est un personnage incontournable dans les affaires de ce pays.

En quelques mois j'avais beaucoup appris sur l'Albanie, sa langue, son histoire. J’avais fait de nombreuses rencontres et en repartant en France j'avais l'impression d'être coupé dans mon élan.

Après plusieurs années à l'étranger, dans des pays très différents, je sais que ce sentiment est normal.

J’ai vécu plusieurs années en Chine et en Allemagne, mais l’Albanie, le pays des aigles est de loin le pays qui me correspond le mieux et avec lequel je souhaite faire des projets.

Comment se passe le travail pour une entreprise albanaise, membre de la Chambre de Commerce France – Albanie ?

Quatre ans après avoir quitté l'Albanie, à la fin de mes études, Diamant a signé un contrat avec Spiecapag (filiale de Vinci) pour le projet TAP (gazoduc traversant le pays), et qui représente le plus ambitieux projet d'infrastructure qu’ait connu l’Albanie.

Je suis alors revenu en juillet 2016, pour collaborer au projet TAP chez Diamant. Diamant a obtenu l’exclusivité du transport des tuyaux du gazoduc en Albanie et j’ai été recruté au poste de responsable de coordination des opérations et des relations avec le client, Spiecapag.

Chez Diamant nous sommes environ 80 collaborateurs, la plus grande proportion étant des chauffeurs. Le personnel de Diamant est composé de jeunes employés dynamiques et de salariés plus expérimentés présents depuis la création de l’entreprise.

Cette entreprise est à l'image de l'Albanie, jeune et entreprenante. Elle m’offre l’opportunité d’un niveau de responsabilités qu'il me serait quasiment impossible d'avoir en France compte tenu de mon expérience.

Dans le cadre de mes responsabilités, j’ai eu la mise en place des procédures relatives à ce projet ce qui, pour une entreprise albanaise, est tout à fait nouveau. Ce n'est pas seulement du management de projet mais un réel management d'équipe et d'entreprise qui associe à la mise en place de procédures, une formation adéquate des équipes.

Je me suis personnellement impliqué pour que Diamant rejoigne la Chambre de Commerce France - Albanie en tant que français, mais également via ce projet que nous avons en collaboration avec un client français. Diamant met tout en œuvre pour se rapprocher des entreprises de l'hexagone et répondre à leur niveau d'exigence.

L'Albanie a de réels besoins en infrastructures et en technologie auxquels les entreprises françaises peuvent répondre.

La présence des entreprises françaises en Albanie reste limitée, mais grâce au travail de la Chambre de Commerce France-Albanie et de ses partenaires locaux, cette coopération devrait avoir de beaux jours devant elle.

Quels sont vos projets actuels et pour le futur ?

Mon objectif professionnel pour l’instant est de mener à bien les opérations du projet TAP jusqu’à la fin du contrat et des transports associés.

Par la suite j’envisage de rester en Albanie. Ce pays m’a offert de belles opportunités et je souhaite à mon tour lui apporter.

L’Albanie, aux portes de l’Europe, a un formidable potentiel, riche d’une population jeune, et de multiples ressources.

Pour moi il faut penser « export » afin de développer le pays, d’enrichir et pérenniser son industrie locale, de créer du travail et un savoir-faire, et d’importer des devises.

L'avenir me dira quelles opportunités s’offriront à moi et je verrai le moment venu comment préciser et concrétiser ces projets.

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Vous débutez à l'export ?