Communication - Presse

Le secteur des télécommunications après Covid-19: Trois questions avec Fergal Golding - Sofrecom

Interview: Trois questions avec Fergal Golding

CCIFA: Sofrecom est une entreprise de conseil et d’ingénierie spécialisée dans le secteur des télécommunications. Filiale du groupe Orange, vous accompagnerez  la transformation numérique des principaux acteurs de télécommunications (opérateurs, gouvernements et institutions internationales).Comment pensez-vous que le marché fluctuera dans le secteur que vous couvrirez après la pandémie de COVID-19?
 

F.Golding: Les  opérateurs télécoms ont eu un rôle essentiel durant cette crise. Les infrastructures de télécommunications et les outils digitaux ont ainsi permis aux salariés de rester actifs tout en sachant que ¾ parmi eux, découvraient pour la 1ère fois le télétravail.. , ils ont permis aux entreprises, aux différents services publics et aux hôpitaux, de continuer à assurer une continuité de leurs services et à limiter ainsi leurs pertes. Ils ont permis aux étudiants de  suivre leurs cours à distance et aux écoles de continuer à communiquer et garder le lien avec  les enfants les plus fragiles.

Les facteurs qui ont permis cette bascule sont à la fois la qualité des infrastructures de télécommunications et la digitalisation de l’économie.

Cette crise va conduire en premier lieu à une accélération de la demande en fibre et en haut débit mobile. Tous ceux qui trouvaient les abonnements onéreux mais toutefois accessibles et qui  avaient opté pour des solutions de moindre qualité, font des arbitrages en faveur de leur connectivité. 

Dans les pays qui l’ont autorisé, les données de déplacements fournies par les opérateurs ont joué un rôle important pour limiter la propagation du virus. Cette crise va accélérer l’usage de ces données opérateurs à des fins multiples. Ceci ouvre la voie à de nouvelles sources de revenus pour les opérateurs qui vont pouvoir continuer à améliorer la qualité de leurs réseaux.

Le mobile est aussi un outil fondamental de distanciation sociale. La télémédecine n’est plus seulement un moyen de soigner des populations isolées, mais devient une mesure de protection du personnel soignant très exposé. Plus généralement les télécommunications peuvent sécuriser physiquement tous les échanges d’argent, et les échanges de documents. Ainsi le triptyque mobile ID, mobile money et e- gouvernement qui était associé au développement, revêt-il avec le COVID 19 un volet sanitaire.

De mon point de vue, cette crise va permettre de réaffirmer le rôle des opérateurs en tant qu’acteurs incontournables du développement économique des pays  mais également d’inclusion sociale. Pour le marché des entreprises et le secteur public, la connectivité et les infrastructures télécoms seront désormais des éléments nécessaires à la continuité de services.

 

CCIFA: La gestion du personnel est très importante en temps de crise. Quelles sont vos méthodes pour mieux gérer votre équipe en ces temps difficiles?

F.Golding: L’activité de Sofrecom est structurée en trois grands domaines métier : le conseil métier et technologique, l’ingénierie des réseaux et des systèmes d’information et le développement et l’intégration de solutions digitales. Comme pour l’ensemble des  cabinets de conseils et d’ingénierie, notre activité est impactée du fait de l’impossibilité de se déplacer et du report de plusieurs de nos projets clients. Mais grâce à nos moyens de communication et aux outils digitaux, nous continuons à délivrer nos projets clients et la productivité de nos équipes n’a pas faibli .

Ainsi et pour la 1ère fois dans notre histoire, nos 2000 ingénieurs, consultants et experts assurent complètement leurs missions depuis chez eux et ce quel que soit leur pays de résidence : France, Tunisie, Maroc, Arabie Saoudite,  Etats Arabes Unis et Argentine.

Notre priorité au démarrage de la crise, a été la mise en sécurité de nos 2000 salariés qui s’est traduite par les mesures suivantes : généralisation du télétravail, rapatriement des équipes en missions clients, adaptation de la connectivité de nos réseaux pour supporter les différentes sollicitations de connexion à distance. Tout d’abord, l’ensemble des voyages et déplacements ont été stoppés, l’informatique interne s’est mobilisée pour s’assurer de la disponibilité de nos outils à distance.

Notre enjeu était également de rassurer nos équipes et de les accompagner dans l’appropriation de ce nouveau mode de travail à distance tout en gardant le lien. Nous avons ainsi veillé à diffuser les bonnes pratiques de télétravail tout en s’appuyant sur des témoignages de salariés volontaires, à continuer à organiser des rendez-vous réguliers à distance alliant animations ludiques et présentations de projets. Les managers ont également doublé d’effort pour écouter, rassurer et apporter des réponses à leurs collaborateurs.

 

CCIFA:  Un message pour les membres de CCI France-Albanie?

F.Golding: A Sofrecom, nous poursuivons l’ambition d’être le partenaire de confiance de la transformation numérique des pays et régions où nous intervenons. Nous serons ainsi ravis de poursuivre notre contribution aux enjeux de développement économique et social de l’Albanie au travers le numérique. Nous avons mené un premier projet auprès du Ministère des télécoms pour réaliser une étude de faisabilité de la stratégie très haut débit et nous espérons le renouveler dans le cadre de nouvelles coopérations

Nous espérons bientôt revenir en Albanie et en attendant nous souhaitons aux chanceux de passer de bonnes vacances.

 

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Vous débutez à l'export ?